17 mars 2009 "La plupart des parents semble être complètement inconscient de combien leurs petits leur faire acheter", a déclaré Claus Ebster, l'un des chercheurs de l'Université de Vienne que surveillés discrètement 178 les parents du shopping avec leur enfant dans les supermarchés autrichiens, après où ils ont été interrogés. Lorsqu'on lui a demandé combien de produits que leurs enfants avaient fait les acheter, les parents moyennes signalées seulement la moitié du nombre d'achats qui avaient été secrètement observé. "Considérant que la majorité des décisions d'achat dans un supermarché sont fabriqués dans le magasin, ni les détaillants ni les parents ne devrait sous-estimer l'importance des décisions d'achat induite enfants ", a déclaré Udo Wagner, professeur en administration des affaires de l'Université de Vienne.

Les deux chercheurs ont également étudié les facteurs responsables pour le nombre de demandes d'achat enfants font. Il a été constaté que les enfants demandent principalement des produits qui sont placés à leur niveau de l'oeil, comme des bonbons et des jouets positionnés stratégiquement par les détaillants sur les étagères inférieures. La meilleure façon pour les parents de réduire le nombre de demandes d'achat de leur enfant est d'accueillir l'enfant dans le panier (en face de la mère), limitant ainsi le champ de vision de l'enfant. Selon Claus Ebster, «Les enfants assis dans une poussette sont également moins susceptibles de bug leurs parents avec des demandes d'achat".

En outre, les parents sont plus susceptibles de céder à la demande d'un enfant si le produit peut être utilisé ou consommé dans le magasin, tels que des jouets, des bonbons et des fruits, car il garde l'enfant occupé pendant le voyage de shopping.

Les chercheurs ont également des conseils pour les enfants: demander gentiment payant! Les parents étaient beaucoup plus disposés à céder à la demande d'un enfant si on lui demande clairement et poliment plutôt que quand un enfant soit demanda avec colère un produit ou a déclaré la demande plutôt faiblement.

L'article complet peut être consulté ici, et fait partie de l'édition actuelle de la revue du commerce de détail et services aux consommateurs.