Les chercheurs ont fait une double percée dans la promotion des énergies renouvelables avec le développement d'un colorant sensible à la lumière qui transfère des électrons plus efficace que les technologies conventionnelles. Les nouveaux colorants tiennent à être utilisé dans la production d'électricité solaire et dans la création de combustible à hydrogène, qui dans le passé a prouvé coûteux et énergivores.

Les colorants chalcogenorhodamine ont été mis au point par les chimistes de l'Université de Buffalo (UB) avec leurs partenaires de l'Université de Rochester (UR). Comme la lumière du soleil frappe les électrons sont libérés des colorants permettant à ces électrons disponibles pour être utilisés dans l'une des deux façons. Dans l'application des cellules solaires, où le colorant peut être utilisé comme une partie d'une des cellules solaires à colorant sensible classiques (DSSC), Les électrons nouvellement libérés sont en mesure de voyager à travers le cellule photovoltaïque, la formation d'un courant électrique. Cela ressemble beaucoup à la technologie existante, mais offre une plus grande efficacité.

Dans leur demande pour la production hydrogène le processus commence de la même manière, avec la lumière du soleil de frapper les électrons de leur orbite atomique. Électrons libérés sont ensuite dirigés dans un catalyseur, où ils conduisent une réaction chimique qui divise l'eau en hydrogène et oxygène. Dans les tests de laboratoire, il a été montré que ces systèmes de chalcogenorhodamine produire de l'hydrogène à des vitesses sans précédent. En effet, les colorants absorbent la lumière plus intensément que des colorants classiques, et parce qu'ils sont capables de transférer des électrons de manière plus efficace. Les chercheurs ont découvert que chalcogenorhodamines travaillent dans les deux systèmes de production d'hydrogène homogènes qui emploient cobalt en tant que catalyseur, ainsi que dans des systèmes hétérogènes qui emploient du platine déposé sur du dioxyde de titane comme catalyseur.

L'équipe de recherche, dirigée par le professeur Michael UB Detty et UR professeur Richard Eisenberg, a rapporté certaines de leurs conclusions dans le Journal de l'American Chemical Society en Octobre 2010. Un brevet a été retiré couvrant la composition des colorants. Une demande de brevet séparée vise à protéger l'utilisation de colorants dans l'évolution de l'hydrogène et répertorie Detty et Eisenberg, avec Brandon Calitree, Alexandra Orchard et Theresa McCormick, en tant que co-inventeurs du processus.